• b-facebook
  • LinkedIn noir rond
  • Instagram - Black Circle

RENOVATION & REAMENAGEMENT 2 APPARTEMENTS 110m2

TOUR ALBERT - PARIS 13

SURFACE 

110m²

MISSION
architecte mission complète

conception et suivi de chantier

PLANNING
chantier - finitions en cours

1/15

Première tour d'habitation à investir le skyline parisien,  elle compte 23 niveaux pour 67 mètres de hauteur,

Conçue en 1958 par l'Architecte Edouard Albert, en collaboration avec Robert Boileau et Jacques Labourdette, elle fût livrée en 1960.

La structure porteuse est composée de tubes d'acier remplis de béton sur lesquels reposent des dalles en béton armé.

Les contreventements sont assurés par des tubes métalliques, en partie visibles en façade.

Au sixième étage, une terrasse, originellement ouverte au public, comporte une oeuvre de Jacques Lagrange : une fresque géante de 600 mètres carrés en plafond visible depuis l'espace public.

La tour est aujourd'hui patrimoine national, Inscrite à l'inventaire des Monuments Historiques depuis 1994.

L'agence a été missionnée pour réaliser la réunion de deux appartements du 7ème étage totalisant 110m² en un seul 4 pièces et la rénovation mise en valeur de celui-ci.

Les Architectes souhaitaient, bien sûr, respecter l'esprit des lieux, et rester dans une pureté de conception et de trait. 

Le brief était : l'espace de vie commun maximal.

L'intérêt de la structure de l'immeuble est de laisser toute latitude pour la réorganisation du plan, la trame constructive porteuse introduit une grande rigueur de plan tout en permettant une grande liberté. Les trames alternées de panneaux pleins et vitrées rythment l'espace, et le décompte induit le plan.

L'entrée principale découle du nouvel aménagement, et est inversée par rapport à l'état originel, et ce qui était l'ancienne entrée, en alcôve, est transformée en deux salles de bains.

La pièce à vivre investit 5 trames de façade, 3 panneaux vitrés, offre une cuisine tout en longueur ouverte sur le vaste volume de 45m² .

Le circulation longiligne conserve et met en valeur la superbe structure en croix de St André de l'immeuble, elle est le fil conducteur qui dessert l'ensemble des pièces de l'appartement. Elle a tout d'abord une fonction technique puisqu'elle permet d'assurer le passage des câbles électriques en invisible de l'ensemble des pièces, et fonctionnelle : coté chambres, les Architectes jouent l'alternance des accès aux chambres séquencés, en retrait, et des grands blocs intégrés de rangements.

Une grande lame de faux plafond marque le couloir de part en part de l'appartement, elle accompagne le cheminement et devient éclairante le soir venu.

La chambre des parents est généreuse, sur deux trames de façade, tandis que les chambres des enfants sont jumelles, sur 3 trames. Conçues pour un aménagement tout en longueur, elles sont polymorphes : séparées par un grand panneau coulissant qui permet de les fusionner et de dégager un large espace de jeux commun.

Face aux chambres, deux salles de bain de taille réduite à l'aménagement optimisé : une salle d'eau compacte pour les enfants, avec une douche et un espace vasque ajusté, pour les parents, une salle de bain optimisée également avec une large vasque et une belle baignoire-cuve en corian dessinée sur mesure. 

 

Enfin, pour moduler l'ensemble de ces espaces, et scénographier différentes temporalités de vie, de grands panneaux coulissants escamotables toute hauteur partitionnent et privatisent les espaces : au niveau de l'entrée pour recréer un sas, dans le couloir pour privatiser et isoler les portes des chambres, ainsi qu'entre les chambres enfants.

Les portes coulissantes, très épurées, sont par ailleurs principalement utilisées dans l'appartement pour optimiser les dégagements et les espaces de desserte. Une seule porte battante invisible toute hauteur dessert quant à elle la chambre parentale.

 

En terme de couleurs, les Architectes sont restés dans des tonalités très neutres et intemporelles. Le blanc reigne en maître pour mettre en scène et affirmer en contraste le graphisme du système constructif délié en noir sablé. Le sol des pièces à vivre est un béton ciré taloché greige, les chambres parée d'un beau parquet en chêne clair massif en pose à bâton rompu, à qui répond un beau sol en porcelaine full body extrudée dans les pièces humides se calquant sur le même module de lames et mode de pose à bâtons rompus.

Les salles de bains sont uniformisées en terme de matériaux et d'équipements. Se déclinent en blanc les carrelages et les meubles vasques, baignoire. 

Le carrelage, joue la carte de l'imperfection pour venir en contraste de l'ensemble des volumes crées aux lignes tendues extrêmement dessinés : jouant de desafleurs avec une géométrie artisanale, ils offrent une intéressante texture de gaze. 

En terme formel et dans le choix méticuleux de l'ensemble des équipements, la rectitude affirmée de chaque ligne et partitionnement trouve son écho en contraste avec les formes rondes et cylindriques historiques des poteaux de la structure.

Les robinetteries en inoxydable brossées ont été choisies pour leur forme cylindrique et leurs détails en béton brut, les éclairages sur cette même déclinaison de forme et de verre soufflés dans les salles de bains et métaux précieux (poli miroir, anodisé, maille métallique...) ou plus industriel rétro.

Les quincailleries sont métalliques, circulaires ou arrondies, dans un noir profond apportant autant de détails sur le blanc immaculé.

Le caractère moderniste du lieu est affirmé et sublimé par la contemporanéité de chacun des choix.

1/1